L’EUROPE N’EST PLUS CE QU’ELLE ÉTAIT

Emile H. Malet

 

 

Presque trois années de Covid et la disette sanitaire afférente, déjà un an de guerre en Ukraine et ses turpitudes socio-économiques et sécuritaires, l’Union européenne est bousculée de toutes parts par cette pandémie et ce conflit. Elle n’a plus le choix de la stabilité somnolente dans un monde aussi imprévisible que saturé de conflits ethniques et territoriaux. Hors de toute quiétude attentiste qui sied à la bureaucratie bruxelloise, l’Union européenne doit faire face à plusieurs défis auxquels elle ne saurait se dérober sous peine de se marginaliser.

 

Une Europe puissance ?

 

Finies les tergiversations sur la rivalité entre une politique étrangère et de de sécurité commune (PESC) et la contribution à l’Otan, les deux sont impératives de concert pour lutter contre l’agression russe en Ukraine et la volonté impériale d’extension territoriale de la Russie poutinienne. Toutes les démocraties européennes sont entrain de réarmer, augmentant leur budget défense avec de considérables dépenses militaires. En témoigne la part majorée du budget « armement » dans les produits nationaux bruts (PNB) des Etats-nations concernés. Ce qui signifie à un terme rapproché l’adhésion de nouveaux pays européens à l’OTAN, y compris de l’Ukraine qui ne saurait restée isolée dans sa résistance acharnée contre l’agression russe.

 

Une Europe politique ?

 

Durant la guerre froide, l’Europe était clivée entre l’ouest et l’est, ce clivage est tombé dans les ruines du mur de Berlin et de la chute de l’URSS. Avec la crise ukrainienne, un nouveau palier politique vient d’être franchi avec la constitution d’une Europe centrale et orientale qui autour de Varsovie et Vilnius exprime une nouvelle réalité politique et culturelle. Le passé nous rattrape quand Adam Mickiewicz célébrait la parenté culturelle des deux pays dans son chef-d’œuvre Pan Tadeusz. Sans conteste, un nouvel élargissement de l’UE doit se faire aux confins orientaux de l’Europe, intégrant naturellement l’Ukraine. Mais à la différence de ce qui s’est produit dans les années d’après deuxième guerre mondiale où fut privilégiée une Europe du marché (Maastricht, euro, commerce communautaire), il faudra associer la dimension identitaire et culturelle, voir religieuse, de toute cette Europe qui demeura sous la botte soviétique 70 ans durant.

 

Une Europe stratégique ?

 

Chasser le naturel revient au galop. La théorie américaine fumeuse de la fin de l’histoire et de l’extension démocratique illimitée à fait long feu. Si l’expression « guerre froide » n’est plus de mise, nous vivons une confrontation entre des puissances autoritaires, bien souvent impérialistes et dominatrices et des démocraties qui cherchent à préserver des valeurs libérales et leur mode de vie. Nous assistons à une instrumentalisation tous azimuts des bonnes causes (climat) ainsi que des mauvaises (terrorisme, extrémisme religieux) comme s’il s’était agi de contribuer à un ensauvagement de la planète. L’égoïsme des nations a repris le dessus sur le souci d’harmonie universelle, c’est pourquoi il nous faut préserver les sociétés ouvertes héritées des Lumières, de la Renaissance et des combats révolutionnaires pour les droits de la femme et de l’homme. Pour ce faire, il nous faut accepter d’ancrer une Union européenne élargie et raffermie sur les rives tocquevilliennes de la liberté, de la prospérité, de la solidarité et de la puissance. A l’instar du camp impérialiste sino-russe et qui agglomère des pays douteux (Iran, Turquie, Corée du nord…), l’Europe doit s’affirmer et se comporter en puissance démocratique et stratégique pour résister aux nouveaux appétits nationalistes et totalitaires qui cherchent à barioler la planète de leurs tristes et morbides desseins.

 

 

Passages - ADAPes
PARIS

 

Téléphone :

+331 43 25 23 57

passages4@wanadoo.fr

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

 

Coordination :

Sonya Ciesnik

 

 

Directeur des programmes :

Emile H. Malet

Nos heures d'ouverture

Du lundi au vendredi :

9h - 13h

14h - 17h

 

Fermé week-ends et jours fériés

Version imprimable | Plan du site
© Passages-ADAPes