La tache

Emile H. Malet

 

 

Depuis le meurtre de Sébastien Selam en 2003, jusqu’à l’assassinat de Sarah Halimi et Mireille Knoll en 2017 et 2018, la litanie funèbre des victimes juives du terrorisme islamiste est une tache sur notre République. Une tache culturelle, politique, sociologique, éthique et même civilisationnelle dans la mesure où ces crimes sans justification aucune, sinon qu’il s’agissait de Français juifs et juives, ne se sont produits nulle part ailleurs, pas même dans des pays musulmans et arabes, avec une telle régularité macabre et selon une comptabilité de facture génocidaire. Bien que cette criminalité renvoie à ce qui s’est passé lorsque la France pétainiste et vichyste s’abaissa à la soumission raciste et raciale de l’Allemagne nazie, on ne saurait accuser l’Etat français du moindre antisémitisme. Au contraire, la législation française n’a cessé d’accumuler des textes pour lutter contre l’antisémitisme et les autres racismes. Rien n’y fait, les crimes antisémites dus au djihadisme aveugle et sanguinaire, de fabrication hexagonale et de nationalité française, la plupart des meurtriers ont cette identité de source ou acquise, se poursuivent sans relâche depuis une vingtaine d’années. Avec la non-condamnation du meurtrier de Sarah Halimi, car il s’agit bien de cela en attestant de l’irresponsabilité pénale   de l’auteur du crime, c’est une certaine justice française qui a failli à son devoir, à son obligation d’œuvrer à dire le droit républicain au service de la cohésion nationale une et indivisible. Hors de toute compromission sociétale, versatilité communautariste et autre billevesées socio-politiques.  Donc, entre une République qui dit non à l’antisémitisme, des membres de la société qui n’hésitent pas au crime antisémite et passent à l’acte meurtrier sous l’étendard d’un djihadisme islamiste, un pan de la société qui s’accommode de l’antisémitisme par confort idéologique et un déni de justice, il y a un paradoxe à éclaircir pour tenter d’effacer cette tache qui risque de ruiner l’édifice républicain.

Pour commencer, il faut revoir et « redresser » la justice qui a déresponsabilisé un criminel en acte jugé hâtivement fou, ce qui heureusement sera fait sous la pression politique et populaire (comme annoncé par le Garde des Sceaux) et pour suivre en donnant à la promulgation de la nouvelle loi le nom de Sarah Halimi. Dans le même registre, Anne Hidalgo, la maire de Paris, a saisi l’heureuse opportunité de nommer une rue parisienne Sarah Halimi. Il reste à se pencher sur les deux dernières décennies et comprendre pourquoi le juif, comme personne physique et aussi comme signifiant, est devenu un bouc émissaire en France de la haine djihadiste qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001. Nous disposons de peu d’éléments rationnels pour comprendre cette dérive, sinon que les crimes antisémites trouvent une résonance socio-culturelle dans la litanie funèbre qui a frappé avec la même intensité sanguinaire nos forces de police et à un moindre niveau léthal le clergé catholique. Police, juifs, en apparence rien de commun entre ces catégories de la communauté nationale si l’on se place au niveau de la réalité sociale. Mais d’un point de vue signifiant, la police est censée faire respecter l’ordre et les juifs sont perçus comme des empêcheurs de tourner en rond, en somme ces deux entités sont perçues, pour des esprits aussi fêlés et fanatisés que les djihadistes, comme incarnant, dans le quotidien comme dans l’imaginaire, un ordre républicain à abattre en vue de jouir impunément de toutes les libéralités d’une société démocratique. Jusque et y compris de s’octroyer le droit de tuer des innocents avec l’objectif récurrent d’instaurer la peur, la soumission, l’obscurantisme et l’éclatement de la cohésion nationale. A ce niveau de raisonnement, on peut se poser la question d’une forme de dissémination idéologique de l’antisémitisme dans certains pans de la société française. Et là encore, on pourrait réfléchir à la virilité de ce processus mortifère vis-à-vis de la police.

Concernant l’antisémitisme, le mal était dans le fruit dès l’aube des années 2000 quand la classe politique française gouvernant le pays n’a pas su réagir à l’émergence d’un antisémitisme dans nos banlieues, l’attribuant à une réaction compréhensible des jeunes issus de l’immigration africaine et maghrébine face au conflit israélo-palestinien. A cette myopie politique, il faut ajouter le trotskysme de l’extrême gauche, voire d’une partie de la gauche sociétale, pour qui l’ordre, l’Etat, l’autorité… sont l’ennemi, et pour s’en défaire de chercher des boucs émissaires comme antidotes au malaise social. L’antisémitisme a peu à peu pénétré les interstices sociétaux de mouvements diversitaires, racialistes, identitaires et décoloniaux. Ce substrat multiculturel s’est trouvé faire alliance avec une extrême droite négationniste et antisémite de toujours. Ce n’est pas l’effet du hasard si la reviviscence trotskyste dans certains milieux politiques et médias français sont au diapason de l’exaltation de la politique pro-arabe de la France et d’un antisionisme maladif. L’islamo-gauchisme a puisé dans ces collusions douteuses pour trouver de nouveaux habits idéologiques et servir de soubassement à un antisémitisme sociétal. Cela rapporte des voix, comme on dirait trivialement au café du commerce de la politique et peut-être aussi de l’argent récolté dans des officines islamistes étrangères.

Les attaques meurtrières contre le clergé catholique font également partie de cette dérive islamiste, parce que comme pour la police et les juifs, il s’agit d’un signifiant national et républicain- la France fille ainée de l’Eglise…- à faire tomber au nom du djihad, cette fois dirigé contre les « mécréants ». Surtout que l’Eglise catholique s’est purgée de son antijudaïsme depuis quelques décennies et l’action salvatrice et vertueuse de Jean XXIII et Vatican II. Avec le djihadisme contemporain, nous assistons à une réactualisation concomitante de l’antisémitisme- dans une version sociétale- et d’un antijudaïsme- de texture religieuse- et qui vise à l’annihilation des juifs et de l’ordre républicain. Juifs, police et christianisme sont dans le viseur de ce djihadisme sanguinaire. Le combat contre cette lèpre sera long et exigera une action diplomatique et militaire à l’échelle du concert des nations. La tache antisémite est une de ses manifestations les plus répugnantes et aussi le symptôme d’une lâcheté propre à un certain environnement multiculturel de la société française, perméable à toutes les idées nauséabondes qui ajoutent au malheur du monde.

 

 

 

Notre cagnotte Leetchi

Passages - ADAPes
10 rue Clement

75006 Paris

 

Téléphone : +331 43 25 23 57

Fax : 01 43 25 62 59

passages4@wanadoo.fr

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

 

Coordination :

Sonya Ciesnik

Adina Toma

 

Directeur des programmes :

Emile H. Malet

Nos heures d'ouverture

Du lundi au vendredi :

9h - 13h

14h - 17h

 

Fermé week-ends et jours fériés