Luxe in Time

 

Emile H. Malet

 

L’inspiration pour ce dossier sur le luxe fut fortuite, nonobstant l’actualité durable (malgré le Covid) pour la success story de cette branche de prestige de l’économie française. Telles ces choses qui s’imposent à nous comme de vieux souvenirs émergeant au fil de la pensée et de la rencontre de la « non-indifférence » (1) avec autrui. Car il y eût rencontre professionnelle et intellectuelle pour ce décryptage éditorial avec une responsable d’entreprise (2), élégamment griffée et à l’esprit vif et distant. Distant comme ce luxe qui imprime son aura à l’air du temps qui fait la mode (3) et vif à l’instar de cette tapisserie commerciale qui fournit quelques-uns des plus beaux joyaux de notre économie. Inutile d’égrener toutes les marques magiques, dont raffolent nos congénères planétaires, et qui s’inscrivent au fronton du firmament des passions de qualité, de frivolité et du snobisme. En somme de la gravité et de la légèreté, comme ces personnages romanesques de Milan Kundera hésitant entre le rire et l’oubli.

Luxe in Time, plus qu’un jeu de mot dont le docteur Freud aurait montré les passages de temps qui mènent de l’intimité à l’extimité, de ce point obscur situé hors du temps et qui fait lien avec notre désir de beauté, de reconnaissance et de puissance. D’égoïsme aussi, par ce que comme le dit avec pertinence Marc Lambron en ouverture du dossier : le luxe c’est nous.

Nous sommes ainsi faits que le luxe constitue une part de nous-même, c’est une fabrique de souvenirs vivants et de sentiments éteints puisés dans l’inconscient et la réalité. Un miroir en quelque sorte de notre relation à l’éternité. C’est ce que cherche à montrer ce dossier riche des réflexions savantes et inspirées de femmes et d’hommes de pensée, sans rapport professionnel et commercial avec les industries du luxe, mais tous imprégnés du regard distant et vif qui sied à la réflexion pour mettre en lumière et en valeur les paradoxes du luxe. Au-delà de la sémantique qui trouve des résonances de l’Antiquité à nos jours, le luxe inspire une complexité de sens qui puise dans notre patrimoine culturel et artistique et dans l’aptitude de nos créateurs à se saisir des tendances contemporaines pour socler l’air du temps à ce petit rien qui s’appelle le goût français. Et que le monde nous envie comme un trésor de l’humanité.

Alors, Luxe in Time, oui assurément par l’intimité de notre désir toujours à la recherche de l’objet de réminiscence (comme cette madeleine de Proust du narrateur d’A la recherche du temps perdu…) et par notre besoin irrépressible à se mouvoir dans le temps long de la civilisation. Le luxe se situe bien à la frontière de la tradition et de la modernité.

 

  1. Le philosophe Emmanuel Levinas a beaucoup planché sur la réussite de la rencontre comme un « face à face sans intermédiaire » d’où les paroles échangées cheminent dans un projet commun. En l’occurrence ce dossier sur le luxe in Time.
  2. Et de l’équipe du groupe KERING, que nous remercions pour son soutien et sa collaboration.
  3. « La mode est l’opinion du monde », d’après Chateaubriand.

 

 

Notre cagnotte Leetchi

Passages - ADAPes
10 rue Clement

75006 Paris

 

Téléphone : +331 43 25 23 57

Fax : 01 43 25 62 59

passages4@wanadoo.fr

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

 

Coordination :

Sonya Ciesnik

Adina Toma

 

Directeur des programmes :

Emile H. Malet

Nos heures d'ouverture

Du lundi au vendredi :

9h - 13h

14h - 17h

 

Fermé week-ends et jours fériés