Séminaires du Comité Énergies. Mobilités. Innovations.

(CEMI)

 

 

Énergies décentralisées et territoires

 

   Le contexte énergétique actuel nous amène dans une situation où les appels à la « sobriété » se multiplient et s’apparentent de plus en plus à des économies obligatoires face à des disponibilités en énergie redevenues incertaines. Le nucléaire retrouve une nouvelle légitimité et le gouvernement s’efforce d’accélérer le développement des énergies renouvelables. Mais la situation reste tendue : les prix du gaz et de l’électricité se sont envolés et, malgré l’urgence climatique régulièrement réaffirmée, le charbon fait son retour.

   Dans ces conditions, il est légitime de s’interroger à nouveau sur la contribution que peuvent apporter les énergies décentralisées et sur le rôle que les différents acteurs peuvent jouer pour les promouvoir. Certaines énergies, jadis qualifiées de nouvelles, ont changé d’échelle et relèvent à présent des grandes décisions de planification énergétique : tel est le cas des grandes fermes solaires et des champs d’éoliennes offshore. Mais beaucoup reste à faire au niveau des territoires, en premier lieu dans la promotion de l’efficacité énergétique, dans les bâtiments et les transports notamment, mais aussi dans le développement de formes d’énergie réellement décentralisées telles que les toits photovoltaïques, la géothermie, le bois et la biomasse, le biogaz.

   L’équilibre économique de ces ressources est souvent difficile à trouver et leur mise en œuvre est complexe car elle fait intervenir de nombreux acteurs et elle doit s’articuler, via les réseaux notamment, avec les ressources centralisées qui restent indispensables.

Cependant, il y a une aspiration forte de beaucoup de nos concitoyens à s’organiser davantage sur le plan local et à contribuer directement au bouclage de leur approvisionnement en énergie.

   La période actuelle, marquée par une crise énergétique sans précédent mais qui correspond également en France à une nouvelle séquence de planification Energie-Climat, invite à actualiser la réflexion sur les énergies décentralisées. Il ne s’agit plus d’un combat idéologique entre deux visions jadis diamétralement opposées mais que l’on sait aujourd’hui complémentaires, mais de voir comment l’approche décentralisée au niveau des territoires peut se coordonner avec une approche d’ensemble fondée davantage sur des grands projets.

   Nous organisons des séminaires pour traiter de ces questions.

 

 

Mardi 7 février 2022 à 18h

~Présentiel~

Problématiques techniques et économiques

Les énergies décentralisées dans le bilan énergétique :

-           De quelles formes d’énergie parle-t-on ?

-           Que représentent-elles aujourd’hui et quelle pourrait être leur part dans le bilan énergétique à horizon 2030 ou 2050 ?

-           A quelles conditions et à quel coût ?

-           Quels sont les avantages et les inconvénients de ces ressources décentralisées ? En particulier, quelles plus-values apportent-elles en dehors du monde de l’énergie (agriculture, industrie notamment)

-           Quel avenir pour les formes de stockage décentralisées ?

-           Comment peuvent-elles s’interfacer avec les réseaux ? Comment peut s’organiser le pilotage du système pour assurer sa stabilité et sa robustesse ? Le smart grid a-t-il tenu ses promesses ?

 

 

Mardi 16 mai 2022 à 18h

~Présentiel~

Problématiques sociologiques et politiques

Les énergies décentralisées dans l’esprit des Français et les priorités qu’ils leur accordent.

-           L’attachement aux énergies décentralisées n’est-il que de façade et, finalement, une façon de s’opposer aux grands projets, au nucléaire en particulier ? Comment expliquer l’attachement affiché par certains à tendre vers l’autonomie ?

-           Les Français sont-ils prêts à payer davantage en contrepartie d’une certaine priorité donnée aux énergies décentralisées ? Un bonus financier au profit des énergies décentralisées est-il justifié, comme ce fut le cas pour les énergies nouvelles ?

-           Ce surcoût éventuel devrait-il être réparti entre tous les Français où être laissé à la charge de ceux qui sont directement concernés ?

-           Le rôle des différents acteurs : à quelle maille des territoires faut-il développer les énergies décentralisées ? Qui doit prendre le leadership de leur développement ? Faut-il étendre le rôle des collectivités locales, promouvoir les nouvelles formes de communautés prévues par la législation européenne, développer les partenariats public-privé ? Faut-il s’en tenir à l’autoconsommation et dans quelles limites ? Comment faire le lien entre l’Etat et les territoires ?

-           Quel niveau de priorité faut-il leur donner au niveau des initiatives locales, par rapport notamment à d’autres priorités : l’efficacité énergétique et la rénovation thermique des bâtiments, l’optimisation des ressources en eau, l’action sociale, les transports…

 

Intervenants pressentis :

Jean-Pierre Hauet, président du comité scientifique d’Equilibre des Energies

Catherine Brun, Secrétaire Générale, Responsable Domaine Stratégie, Affaires Publiques, Territoires, GRTgaz

Henri Prévot, Ingénieur Général des Mines

Hélène Peskine, Secrétaire permanente du PUCA, Ministère de l'écologie

Nadine Levratto, Directrice de Recherche au CNRS, Directrice d'EconomiX, Université Paris Nanterre

Dominique Lagarde, directeur du programme Mobilité électrique d'Enedis

Nurten Avci, directrice adjointe, EIFER - European Institute For Energy Research

Christine Goubet-Milhaud, présidente de l'Union Française de l'électricité

Thierry Kalfon, Directeur de la Global Business Line Renouvelables d'ENGIE

Antoine-Tristan Mocilnikar, Ingénieur Général des Mines

Thomas Veyrenc, directeur Stratégie et prospective RTE

Jean Michel Deveza, Délégué Régional EDF Grand Est chez EDF

Antoine Huard, Co-fondateur & CEO, Verso Energy

Richard Loyen, Délégué Général d'ENERPLAN

David Gréau, Directeur Général adjoint, en charge du bureau parisien et des relations institutionnelles chez ENERPLAN

Jean-Louis Bal, Président du Syndicat des Energies Renouvelables (SER)

Gilles Vermot Desroches, Senior Vice-President Citoyenneté et Relations Institutionnelles, Schneider Electric

Julien Aubert, ancien député

Bruno Bensasson, Directeur Exécutif Groupe Energies Renouvelables chez EDF

Laurent Davezies, Economiste, professeur au CNAM

Sébastien Maire, Délégué général chez France Ville Durable

Patrice Vergriete, maire de Dunkerque

André-Jean Guérin, ancien délégué général de la Fondation Nicolas Hulot

Etienne Beeker, Conseiller scientifique, France Stratégie

 

 

 

 

Votre message issu du formulaire a été envoyé avec succès.

Vous avez entré les données suivantes :

Formulaire d'inscription

Veuillez corriger l'entrée des champs suivants :
Une erreur s'est produite lors de la transmission du formulaire. Veuillez réessayer ultérieurement.

Remarque : Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires.

 

Passages - ADAPes
10 rue Clement

75006 Paris

 

Téléphone : +331 43 25 23 57

Fax : 01 43 25 62 59

passages4@wanadoo.fr

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

 

Coordination :

Sonya Ciesnik

Adina Toma

 

Directeur des programmes :

Emile H. Malet

Nos heures d'ouverture

Du lundi au vendredi :

9h - 13h

14h - 17h

 

Fermé week-ends et jours fériés